Gondrin au 17ème siècle

  

Vue de GONDRIN au 17ème siècle

Gravure inédite

 

 

Cette vue de Gondrin, a été donnée à Jean Ducassé par le général Carrère.

(Né à Lagraulet, il a vécu à Gondrin rue de Gigougny, près de l’église, côté droit en descendant la rue).

Ce document fait sans doute partie d’une plus importante vue d’ensemble, le cadre le prouve. Nos recherches à ce jour ne nous ont pas permis de retrouver l’original.


 
       
              3 témoins d'un siècle où vivait Paule de Bellegarde
 

 
  
L'alimentation en Gascogne au 17ème siècle
D'après un texte de Léonce Couture
 
Cet érudit, natif de Cazaubon, a tenu une très grande place en Gascogne au 19ème siècle, à Toulouse et bien au-delà. Il voulait publier une histoire littéraire de la Gascogne, qui " renfermera l'histoire des moeurs, des institutions, les lois, des couvents, des établissements d'instruction et de tous les auteurs de notre pays". C'est peut être dans le cadre de ce travail qu'il publie, dans la Revue de Gascogne en 1860, "quelques notes sur le régime alimentaire des habitants de l'Armagnac et des contrées voisines au 16ème et 17ème siècle".
 
Lors de la réunion mensuelle du 7 mai 2012, nous avons présenté ce texte avec un préambule sur l'alimentation au 17ème. C'est une période clé pour la cuisine en général où les prémices de la grande cuisine annoncent déjà la gastronomie, avec la publication du livre de F. de La Varenne : "le cuisinier françois ".
 
 
      
 

 
LES CAGOTS
 
C'est devant un auditoire de plus de 40 personnes que M. LEMIEUX a longuement parlé des CAGOTS à la réunion mensuelle du 2 avril 2012.
Cagost, crestians, gesitains, capots, ils vivaient en marge de la société. Un nombre considérable d'interdictions pesaient sur eux, souvent dictées par la superstition.
Ce n'est qu'à partir du 17ème siècle que l'intégration se fera et c'est la révolution française qui leur permet de devenir des citoyens à part entière.
 
A Gondrin, il y eut aussi des communautés de capots ; le cadastre en témoigne avec des lieux dits tels que "Charpenties" ou "Christiase". L'église de Saint Clair d'Huau (rte de Courrensan) leur était réservée. Dans d'autres lieux, comme à l'église de Pardailhan (commune de Beaucaire), l'église avait une entrée réservée aux cagots (aujourd'hui murée).
 
 
 

 
La peste à Gondrin
 
La peste au Moyen âge est un fléau international qui a profondément marqué l'Europe en exterminant 30 à 50% de sa population.
 
Lors de la réunion mensuelle du 12 décembre 2011, Claudine et Odette nous ont joué une partition "à 2 mains" rendant le sujet moins austère et surtout très vivant. S'appuyant sur un texte de Ludovic Mazeret, La peste au Moyen-âge en Gascogne, elles nous ont fait partagé la vie de Gondrin lors de cette pandémie qui a duré pratiquement 3 siècles.
 
De la peste au Moyen-Age, il reste cette image du médecin dont vous trouverez l'explication dans le texte qu'elles nous ont présenté : ICI.
 
 

 


 

Tremblement de terre de 1660

 

Beaucoup de témoignages sur ce séisme qui a affecté principalement la Bigorre mais aussi la Gascogne.

 

Leonce Couture relate cet événement sur la base des documents que lui a confiés M. Daignestous. Mais, il a surtout été largement commenté car le Roi Louis XIV, qui venait de se marier à Saint-Jean-de-Luz, était en route pour Bordeaux à ce moment-là.

 

Mademoiselle de Montpensier, Anne Marie Louise d'Orléans, petite fille d'Henri IV, l'a également relaté dans ses mémoires.

 

En aout 2011, c'est le gouvernement (Ministère de l'écologie et du développement durable) qui a publié un document sur le sujet dans le cadre de la prévention des risques (risques naturels).

 

 

 


 

 

Me Antoine Arnaud CAMARADE à Gondrin

Notaire et Poète 

 

Dans le Registre de 1636, Arnaut Antoine Camarade, notaire-poète de Gondrin, transcrit une "sorte de comédie ou farce" qui était jouée pour carnaval.

 

Vous pouvez découvrir le côté festif de Gondrin à cette époque avec cette " farce de mardi gras ", retrouvée par H.Carrère et A.Breuils et publiée dans la Revue de Gascogne de 1894.

 

Mais notre notaire-poète Camarade, avec l'archiprêtre de Gondrin, Martres, en 1648 et le père Récollet, Silvestre, en 1647, ont aussi écrit de nombreux textes, relevés dans d'autres registres, dont plusieurs chants de Noël en français et en gascon.

Il ont été publiés dans la Revue de Gascogne de 1893.

 

Source : gallica. bnf

 



Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Septembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Galerie photos

Journée pique nique 2016

Dons
Newsletter

En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Association BELLE-GARDE Gondrin Gers